Gouvernance

Face aux multiples crises qui secouent la planète, l’inertie des instances internationales a de quoi effrayer. Cette paralysie s’explique en partie par l’absence de modes de gouvernance adaptés pour résoudre un ensemble de problèmes cruciaux : financiarisation de l’économie, accélération des catastrophes écologiques, mouvements migratoires incontrôlés, paupérisation de 2 milliards de personnes... Et les gouvernements disposent de bien peu de moyens pour faire face à des phénomènes mondiaux. Ces problèmes ont fait l’objet de nombreuses réflexions lors des conférences internationales qui se sont tenues depuis la conférence de Stockholm en 1972. Mais la question de la gouvernance internationale a été négligée.
 
En savoir plus sur la Gouvernance Mondiale


Qu'en disent-ils ?

« Comme les décisions sont prises pour l’essentiel au plan local, que ce soit au niveau national, des régions ou des villes, elles doivent être empreintes de la conscience de ce qui se passe dans un espace beaucoup plus grand. On doit rentrer dans une coopération internationale dans laquelle on doit se soucier d’aider les autres à faire leur part du problème. »


Jean FABRE, ancien directeur adjoint du Programme des nations-unies pour le développement (PNUD)

« Le premier objectif de la gouvernance est d’apprendre à vivre ensemble et à gérer pacifiquement la maison commune ; d’y assurer les conditions de la survie, de la paix, de l'épanouissement et de l'équilibre entre l'humanité et la biosphère »


Pierre CALAME, Directeur de la Fondation pour le Progrès de l'Homme

« La bonne gouvernance est le chemin le plus sûr pour en finir avec la pauvreté et soutenir le développement ».


Kofi Annan, Ancien secrétaire général des Nations unies