Le projet Morrinho

Le projet Morrinho vise à contribuer au développement social, culturel et économique des résidents de la communauté de la favela Silva Pereira de Rio de Janeiro. Il s'agit aussi de modifier la mauvaise image des favelas brésiliennes (trafic de drogue, insécurité) et d'impliquer les jeunes dans la vie de leur favela.

Le projet Morrinho – une initiative de jeunes d’une favela à Rio de Janeiro
 
Le projet Morrinho, né en 1997, vise à contribuer au développement social, culturel et économique des résidents de la communauté de la favela Silva Pereira de Rio de Janeiro.
Deux objectifs principaux motivent ce projet. Il s’agit d’une part de modifier la mauvaise image des favelas brésiliennes (trafic de drogue, insécurité) et d’autre part d’impliquer les jeunes dans la vie de leur favela.
Le projet a été lancé par un groupe de jeunes âgés de 13 à 15 ans, issus de la favela. Il s’étend sur une zone de 350 mètres carrés et implique plus de 20 adolescents. A l’aide de briques, ces jeunes reconstruisent des sites des favelas de Rio, et d’autres sites urbains, en miniature, à l’image d’un décor de Légo, dans lequel ces petits personnages prennent vie sur la base d’histoires inspirées de leur quotidien. Tout est fait à l’aide de briques et autres matériaux recyclés.
C’est un moyen d’expression, une réalisation artistique, qui constitue pour ces jeunes un moyen d’échapper à la violence et à la corruption en se divertissant. Par cet art, ils transmettent leur volonté de changer leurs conditions de vie et de s’épanouir.
C’est en 2001 que le projet a commencé à être véritablement médiatisé, et cela grâce au regard des cinéastes Fábio Gavião et Markão Oliveira, qui ont voulu voir ces jeunes s’exprimer à travers leur art en racontant leur propre histoire. Pour ce faire, certains d’entre eux ont été formés aux métiers de l’audiovisuel et de l’édition.
Depuis, cet art est entré dans le domaine de l'art contemporain et il attire l'attention des journalistes, des architectes, des musiciens, des universitaires, et des touristes. Les réalisations du projet Morrinho se font connaître à travers le monde. Par exemple, le projet était présenté lors du Forum urbain mondial à Barcelone (2004), au Point Ephémère à Paris (2005), à la Biennale de Venise (2007), ou encore, à Londres (2010).
Le secrétariat des affaires culturelles de l'État de Rio de Janeiro et le ministère de la Culture ont reconnu la zone du projet Morrinho comme un haut lieu culturel ; ce lien fort représente un formidable espoir pour la réussite du projet.
Le projet permet d’assurer aujourd’hui un revenu à 4 jeunes. Des activités telles que des cours d’anglais sont proposées aux jeunes de la favela par des volontaires internationaux.
 
 
Témoignage de Cilan, initiateur du projet 
Décrivez nous en quelques mots votre projet ?
Il s’agit d’un projet concret avec des activités autour de vidéos clips, la vente de produits artisanaux avec un retour immédiat.
Quel est l’impact du projet ?
L’impact du projet a été positif pour moi, il a modifié ma vie et il pourrait améliorer la vie des autres jeunes de la favela s’ils en ont la volonté.
Cette expérience permet de continuer à vivre dans sa propre communauté et de permettre  des visites de la favela en toute sécurité.

 



Sélection vidéos