Le sommet des peuples

Le Sommet des Peuples a lieu parallèlement à la Conférence des Nations Unies, Rio+20, sur le Développement Durable. Ses participants entendent peser sur les débats et élaborer des propositions sur un grand nombre de thèmes en lien avec ceux de la Conférence officielle et la durabilité.

Sommet des Peuples pour la Justice sociale et environnementale
en défense des biens communs

Aujourd’hui, a commencé le Sommet des Peuples pour la justice sociale et environnementale à Rio+20, événement qui se tiendra  jusqu’au 23 juin au Parc du Flamengo (Aterro do Flamengo) à Rio de Janeiro. Ainsi, la société civile globale, les organisations, collectifs et mouvements sociaux proposeront de nouveaux modes de vie solidaires, contre la marchandisation de la nature et en faveur de la défense des biens communs. 

Le Sommet des Peuples se déroule parallèlement à la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable. Le thème proposé pour la conférence officielle, « économie verte », et la gouvernance globale, est considéré par les organisateurs du sommet des peuples comme insatisfaisant pour affronter la crise planétaire, causée par nos modèles de production et de consommation capitalistes.
Le Sommet des peuples veut ainsi transformer Rio+20 en une opportunité pour traiter des grands problèmes auxquels l’humanité doit faire face et démontrer la force politique des peuples organisés. Il affirme sa méfiance à l’égard de la tentative de « verdir » le capitalisme. Pour ces mouvements, l’« économie verte » n’est pas la solution à la crise environnementale et alimentaire actuelle. Au contraire, il s’agit d’une « fausse solution », qui pourrait aggraver le problème de la marchandisation de la vie.
L’objectif est d’organiser des groupes de discussion autogérés, autour d’une Assemblée Permanente des Peuples. C’est l’occasion pour les organisations et mouvements sociaux de se présenter et de dialoguer avec la société autour d’expériences et de projets concrets. Les actions du sommet seront toutes interdépendantes.
Cette organisation se met en place dans le cadre d’un groupe de travail sur la méthodologie. La ligne directrice précise que les activités doivent converger vers l’Assemblée des Peuples, autour de trois axes:
- La dénonciation des causes structurelles et les nouvelles formes de reproduction du capital
- Les solutions et les nouveaux paradigmes
- Les agendas, les campagnes et les mobilisations qui articulent le processus de lutte anticapitaliste après Rio +20.
 
Enfin, le Sommet des peuples affirme également, entre autres : son désir d’un vaste programme de « consommation responsable » fondée sur une éthique du partage, sa préoccupation à propos de l’obsolescence artificielle des produits, sa préférence pour des biens produits par l’économie sociale et solidaire basée sur le travail et non sur le capital et son refus de tout produit réalisé par du travail « esclave ».
 

Témoignage de Larissa A. Packer, chargée de communication pour l’organisation du Sommet des Peuples

Qu’est que le Sommet de Peuples ?    
Le sommet des peuples est une opportunité historique pour les peuples du monde de se rencontrer et aborder plusieurs thèmes, lors d’espaces d’échange, d’événements, et aussi dialoguer afin de proposer des solutions en répondre aux crises écologiques, économiques et financières. De plus, il s’agit d’élaborer un programme  pour organiser les luttes et convier les mouvements sociaux à agir en faveur du développement Durable, de la distribution des richesses et de la promotion des modes de production durable.
Quel est le principal objectif ?
L’objectif principal de cet événement est de garantir la participation pacifique de ces peuples à des espaces d’expression. Pendant 6 jours les participants échangeront des informations, des expériences, sur les injustices dont ils sont victimes et  imagineront  des solutions pour répondre à ces situations inéquitables.

Meriem Houzir et Sarah Soumillard



Sélection vidéos